Actualités

Mardi 10 Octobre 2017

[FOCUS] Un tunnel "branché" !

La pose des rails, c'est terminé. Place désormais à l'installation de la caténaire jusqu'en fin d'année. "Armement", "Mise sur pince", "fluage", "pendulage"... c'est un tout nouveau jargon qui prend place sur le chantier.

Une ligne pas si droite

Mais d'abord, qu'est-ce que la caténaire ? Il s'agit des câbles situés au-dessus des voies et chargés d'alimenter les trains en énergie. La caténaire est composée d'un câble porteur et d'un câble conducteur sur lequel la pantographe du train vient frotter pour capter l'électricité. Contrairement aux apparences, la caténaire est installée en zigzag pour répartir le frottement du câble sur le pantographe et ainsi lui éviter une usure prématurée. Sur le tronçon extérieur, la caténaire est supportée par des poteaux, fixés au sol quand la surface est plane et aux murs tout le long de la trémie. A l'intérieur du tunnel, ce sont des supports en "chandelles" ancrés directement dans le plafond de l'ouvrage qui viennent porter la caténaire.

Pose de la caténaire : Mode d'emploi

L'installation de la caténaire comprend 5 grandes étapes :

1 - L'armement

Les équipes du chantier installent les équipements destinés à porter la caténaire (support + accroche).

2 - La mise sur pince

Le câble est hissé et accroché sur l'armement. Celui-ci est ensuite déroulé manuellement à l'aide d'un touret XXL installé sur un engin ferroviaire.

3 - Le fluage

La câble est soumis à une tension mécanique de 800 kg pour être étiré, puis laissé au repos pendant 3 jours. Cette opération lui permet de prendre sa forme définitive.

4 - Le pendulage

La câble d'alimentation est suspendu au câble porteur via des pendules, l'ensemble étant relié à des contrepoids.

5 - L'inspection finale

La hauteur et le désaxement du câble au niveau de chaque support sont vérifiés pour d'éventuels derniers réglages.